Traitements contre le paludisme, les solutions

Le paludisme est une infection parasitaire potentiellement mortelle dans les zones tropicales et subtropicales. Dans plusieurs pays de l’Afrique tropicale, situés au sud du Sahara, cette pathologie demeure la parasitose tropicale la plus importante, étant, par ailleurs, la première cause de morbidité et de mortalité. Lorsqu’elle n’est diagnostiquée et traitée rapidement, elle peut provoquer la mort du patient. Elle affecte majoritairement les enfants de moins de cinq ans et les femmes enceintes. Des habitants non-originaires des zones endémiques peuvent, également, contracter cette pathologie lors de leur séjour à l’étranger.

Le paludisme est provoqué par des parasites, qui sont transmis à l’homme par la piqûre de certains types de moustique. Les symptômes sont marqués, par un accès palustre. Face cette symptomatologie, il existe un arsenal thérapeutique qui permet de lutter contre la pathologie et de traiter les sujets affectés par le parasite du paludisme.

Qu’est-ce que le paludisme ?

Le paludisme ou malaria pour les anglo-saxons est une pathologie infectieuse provoquée par des parasites hématozoaires appartenant au genre plasmodium. Cette pathologie est propagée par un moustique infecté, du genre anophèle, qui par le biais de sa piqûre transmet le parasite à l’homme. Ces moustiques qui sévissent dans les pays tropicaux, apprécient la chaleur et l’humidité. Ces insectes qui se nourrissent de sang, sont les principaux hôtes et les vecteurs de cette pathologie parasitaire. Ils transmettent des micro-organismes pathogènes d’une personne d’une personne à une autre, transportant la maladie d’une personne à une autre. Ainsi, le paludisme est une pathologie à transmission vectorielle.

Causes du paludisme

La malaria se transmet par piqureLe paludisme provient du mot latin ‘’palus’’ qui fait allusion au marais. Il est traduit en anglais par le mot malaria dérivant de l’italien ‘’mala aria’’, qui signifie mauvais air. Autrefois, le paludisme était appelée fièvre des marais, car la croyance populaire établissait un lien entre cette pathologie et les zones marécageuse. On pensait alors que les émanations provenant des marais était à l’origine de cette pathologie. Il a fallu attendre le XIXème siècle, notamment en 1880, pour que le médecin français Alphonse Leveran découvre la cause de cette pathologie. L’agent mis en cause est donc, un parasite unicellulaire appelé Plasmodium.

Lorsqu’il est introduit dans l’organisme à travers la piqûre d’un moustique porteur, il atteint les cellules du foie, via la circulation sanguine. Il se multiplie dans les cellules du foie, par division cellulaire avant d’infecter globules rouges au sein desquelles il se reproduit par multiplication asexuée. Puis, les globules rouges éclatent et favorisent le déclenchement des premiers symptômes de la maladie, notamment, les accès de fièvre. Avec cet éclatement, les parasites libérés vont se disperser pour infecter plus de globules rouges. Lorsqu’un moustique pique un malade, ces parasites recolonisent cet insecte qui peut, de ce fait, transmettre la malaria.

Ainsi, le paludisme est transmis à l’homme lorsqu’il est piqué par un moustique infecté par un parasite du genre plasmodium. Aussi, une mère infectée peut transmettre la malaria à son enfant avant ou pendant l’accouchement (paludisme congénital). Le parasite étant dans les globules rouges du sujet infecté, le paludisme peut être transmis lors d’une transplantation d’organe, d’une transfusion sanguine qui n’est pas bien contrôlée (paludisme transfusionnel), d’une utilisation partagée d’aiguilles ou de seringues contaminées par le sang.

Le paludisme est dû à plusieurs espèces plasmodiales parasitaires. Ainsi, l’être humain est infecté par quatre types de parasites du genre plasmodium, définissant ainsi quatre types de paludisme : le Plasmodium falciparum (l’espèce la plus pathogène et responsable de la plupart des cas mortels), le Plasmodium viva, le Plasmodium malariae et le Plasmodium ovale.

Symptômes

Les symptômes du paludisme se manifestent généralement 10 jours à 16 jours après la piqûre du moustique. Cette période d’incubation (durée entre la piqûre d’anophèle et l’apparition des premiers symptômes) varie en fonction de l’espèce plasmodiale.

Les premiers symptômes sont marqués par une fièvre (modérée ou forte d’emblée), des douleurs musculaires, des courbatures, des céphalées, la perte de l’appétit, l’asthénie, des nausées, des vomissements, des diarrhées, la toux. Plusieurs de ces symptômes classiques sont semblables à ceux de la grippe.

Lorsque les cycles typiques d’un accès palustre apparaissent, la fièvre est associée à des frissons intenses avec une montée progressive de la température. Cette fièvre est élevée avec une température corporelle de 40°, marquée par une peau sèche et brûlante ainsi que des sueurs abondantes. Ces manifestions d’un paludisme grave peuvent être, également, dominées par des convulsions multiples, une respiration profonde et une détresse respiratoire. Avec la diminution du nombre de globules rouges, des signes d’anémie et une coloration jaune de la peau et des yeux, peuvent survenir.

En l’absence de traitement rapide, d’autres organes peuvent être affectés. Ainsi, le paludisme, peut entraîner des atteintes rénales, des œdèmes pulmonaires, le collapsus cardio-vasculaire. La malaria non traitée, provoquée par le Plasmodium falciparum, peut entraîner une confusion mentale, un ralentissement de la circulation cérébrale, une encéphalopathie, un coma et même la mort du patient.

Ainsi, la gravité du paludisme dépend de l’espèce de plasmodium qui est mise en cause. La forme la plus aigüe est provoquée par le Plasmodium falciparum qui peut déclencher une malaria fatale.

Principaux traitements contre le paludisme

Traitements médicamenteux

La malaria peut être mortelle, si elle n’est pas soignée à temps. Il existe plusieurs médicaments qui permettent de la traiter de façon efficace. Administrés dès l’apparition des premiers symptômes, ils permettent d’éviter les complications mortelles. Ils sont caractérisés par des effets curatifs, mais également préventifs particulièrement utiles si vous envisagez un voyage dans un pays où il y a du paludisme.

Malarone

Boite de MalaroneMalarone est un médicament antipaludique. Il est constitué d’une combinaison, d’atovaquone et de proguanil, deux principes actifs caractérisés par des actions complémentaires.Ce médicament est prescrit dans le cadre du traitement d’un accès palustre. Il est, également, utilisé pour la prévention du paludisme, notamment, chez les voyageurs qui se rendent dans des zones endémiques palustres.

Administré à titre curatif, il agit en détruisant le parasite plasmodial, notamment, le Plasmodium falciparum qui est responsable du paludisme. Il est efficace pour la prophylaxie de la malaria à Plasmodium falciparum en bloquant la progression de cette espèce plasmodiale. Il agit au stade hépatique et empêche l’attaque des globules rouges par ce parasite à Plasmodium. La posologie est fixée par le médecin. Mais, le dosage habituel recommandé, à titre préventif, est d’un comprimé (250 mg / 100 mg) par jour en débutant le traitement la veille ou le jour du départ dans la zone endémique palustre et tout en poursuivant ce traitement 7 jours après avoir quitté la zone endémique.

A titre curatif, chez l’adulte et l’enfant de plus de 12 ans, la posologie est 4 comprimés en une prise durant 3 jours consécutifs.  Vous devez absorber ces comprimés à des heures fixes chaque jour, avec un repas ou une boisson à base de lait. Le traitement ne doit pas excéder trois mois. Il existe des comprimés pédiatriques (62,5 mg / 25 mg) destinés aux enfants. Dans le cadre du traitement préventif et curatif, la posologie varie en fonction du poids du petit patient.

Consultez notre fiche produit sur Malarone.

Doxycycline

Boite de DoxycyclineDoxycyline est un antibiotique appartenant à la classe des médicaments appelés les tétracyclines. Ce médicament est, particulièrement, efficace contre le paludisme. Il agit en détruisant, au niveau du sang et du foie, les parasites responsables de la malaria, s’avérant, ainsi, utile dans le cadre de la prévention du paludisme. Il est indiqué pour la prophylaxie antipaludique.

Lorsque vous devez effectuer un séjour dans les zones à très haut risque d’endémie palustre telle que l’Asie du Sud-est, Doxycyline est un médicament vivement conseillé. Vous pouvez donc l’utiliser à titre préventif quand vous êtes dans une zone d’endémie et si vous ne pouvez pas utiliser la méfloquine pour diverses raisons (résistance, contre-indication ou intolérance à la méfloquine). C’est, donc, un médicament anti-malarique utilisé en chimioprophylaxie.

Dans le cadre du traitement préventif du paludisme, le dosage consiste à absorber 1 comprimé de 100 mg par jour, en débutant le traitement la veille de l’arrivée dans la zone au sein de laquelle le paludisme sévit. Vous devez poursuivre ce traitement durant tout le séjour et quatre semaines après avoir quitté la zone impaludée. Vous devez absorber le comprimé au milieu du repas et une heure avant le coucher. Mais, nous vous recommandons de ne pas poursuivre ce traitement pendant plus de trois mois sans solliciter l’avis d’un médecin.

Pour une posologie adaptée aux enfants à partir de 8 ans, vous devez consulter un médecin. Aussi, ce médicament n’est pas conseillé chez les enfants âgés de moins de 8 ans.

Consultez notre fiche produit sur Doxycycline.

Lariam

Boite de LariamLariam est un médicament antipaludéen qui est indiqué pour le traitement et la prévention de la malaria. Le principe actif de ce médicament est la méfloquine, elle agit en inhibant, au niveau du sang, le parasite responsable du paludisme.

Ainsi, si vous envisagez un séjour dans une zone au sein de laquelle prédomine une forme de paludisme résistant à la chloroquine, nous vous conseillons la prise de ce médicament. Il est utilisé comme un traitement de premier secours, en vue de traiter les crises de paludisme qui nécessitent l’intervention d’un médecin, qui pour diverses raisons, n’est pas disponible.

Ainsi, il est prescrit lorsqu’un projet de voyage est envisagé sous les tropiques, en vue de combattre efficacement les souches résistantes du parasite plasmodium à d’autres médicaments, en attaquant l’espèce plasmodiale et en l’empêchant de se reproduire. En agissant, ainsi, vous pouvez l’utiliser à titre curatif, si vous contractez le paludisme. Aussi, pour un voyage dans une zone affectée par le paludisme, Lariam peut s’avérer utile à titre préventif.

Dans le cadre d’un traitement de premier secours ou un traitement lors d’une atteinte suspectée de malaria, la posologie indiquée est de 3 comprimes jour, pour les patients de 45 kg ou plus, puis lorsqu’une consultation médicale n’est pas possible, deux autres comprimés 6 à 8 heures plus tard. Après cette seconde dose curative, 6 à 8 heures, si vous pesez plus 60 kg, vous devez avoir recours à comprimé complémentaire. Vous pouvez vous conformer à cette posologie en fonction de votre poids et à titre curatif.

Pour le traitement préventif, si vous avez un poids supérieur à 45 kg, vous devez absorber le premier comprimé 10 jours avant le départ, puis un autre comprimé une semaine plus tard, tout en poursuivant cette prise hebdomadaire d’un comprimé quatre semaines après le retour de la zone impaludée.

Les sujets ayant un poids inférieur à 45 kg, doivent consulter à un médecin afin d’avoir la posologie adaptée à leur poids.

Consultez notre fiche produit sur Lariam.

Traitements homéopathiques

Ledum palustre 7 CH

Ce remède homéopathique peut être utilisé lorsque vous êtes dans une zone tropicale. Il permet de prévenir les piqûres de moustique. Il confère à la peau une odeur qui n’est pas appréciée par les moustiques. La posologie est de 3 granules deux fois par jour en dilution 7 CH, durant le séjour dans les pays tropicaux au sein desquels les risques d’exposition aux piqûres de moustiques, prévalent. Il permet d’éloigner les moustiques.

China rubra 9 CH

Vous pouvez avoir recours à China rubra en présence d’un paludisme marqué par une fièvre, une asthénie, des céphalées, des frissons, la toux, des sueurs. La posologie consiste à absorber deux granules en dilution 9 CH, deux fois par jour.

Malaria officinalis 9 CH

Quand le paludisme est associé à une fièvre et à des frissons, Malaria officinalis est bien indiquée, à titre curatif, à raison de 3 granules trois fois par jour durant 20 mois au cours d’un mois. La durée du traitement est de trois mois.

Phytothérapie et paludisme

Armoise annuelle

Armoise annuelleL’armoise annuelle ou artemisia annua est une plante chinoise qui est bien connue pour ses effets antipaludéens. Les tiges et les feuilles (contenant de l’artémisinine qui est un antipaludique) sont consommées sous forme de poudre ou de tisane en vue de soigner la malaria, en se conformant à la posologie recommandée par un phytothérapeute. Elle permet d’éliminer la fièvre provoquée par le paludisme ainsi que bien d’autres symptômes, notamment, l’asthénie, les nausées, les douleurs au niveau des muscles.

Basilic

BasilicLe basilic est une plante médicinale par excellence. Il est également bénéfique pour la prévention du paludisme. Il favorise la transpiration et aide ainsi à faire baisser la fièvre. Il renferme des composés organiques (quinones) qui permettent de combattre les espèces plasmodiales de la malaria. Attention, il est toujours important de demander conseil à un phytothérapeute pour une meilleure utilisation de cette plante contre le paludisme.

Pamplemoussier

PamplemoussierLe pamplemoussier est un arbre qui produit un fruit appelé le pamplemousse. Ce dernier ou le jus renferme de la quinine naturelle qui a une action antipaludique et antipyrétique. La quinine interfère avec les parasites du genre Plasmodium, bloque la multiplication de ceux-ci et s’avère utile en vue de les détruire. Vous pouvez, pour ce faire, manger des pamplemousses crus.

Conseils pour éviter le paludisme

Vous pouvez éviter le paludisme si vous voyagez dans des zones à l’intérieur desquelles le taux de paludisme est très élevé. Il suffit d’adopter un certain nombre de précautions en vue d’entamer un traitement préventif et de réduire les piqûres de moustique.

Traitement préventif

Plusieurs semaines avant votre départ dans une zone endémique palustre, vous devez vous rendre chez votre médecin en vue de vous prescrire un traitement préventif efficace adapté pour cette zone à risque. Ainsi, en fonction des espèces plasmodiales qui sévissent dans la zone, de la durée de votre séjour et de vos caractéristiques individuelles, le médecin vous prescrira des médicaments antipaludéens qui empêchent les parasites de se multiplier dans votre organisme après la piqûre du moustique. Vous devez prendre les comprimés régulièrement avant le départ, durant le séjour et même après avoir quitté la zone endémique, conformément aux indications du médecin. Nous vous conseillons une consultation médicale dès que possible, dès votre retour après un séjour dans une zone impaludée.

Réduire les piqûres de moustique

MoustiquairePour accroître la protection contre le paludisme, en plus du traitement préventif, vous devez emporter avec vous des dispositifs susceptibles d’empêcher les piqûres de moustiques. Il s’agit d’une moustiquaire traitée avec un insecticide sous laquelle vous allez dormir et des répulsifs (insectifuges ou répellents) à pulvériser sur votre peau. Vous pouvez envisager l’application de sprays, lotions, sticks et d’autres crèmes anti-moustiques sur votre peau. Nous vous conseillons de les appliquer sur les parties découvertes du corps tout en protégeant vos yeux et votre bouche.

Les insecticides à longue durée sont également utiles pour pulvériser les murs intérieurs des habitations en vue de tuer un grand nombre de moustiques lorsqu’ils s’y posent. Aussi, les grillades à fin tamis disposés sur les fenêtres sont utiles en vue de réduire les piqûres de moustiques et de limiter la pénétration de ces insectes dans les habitations.

Où acheter les médicaments et les plantes efficaces contre le paludisme ?

Après une consultation médicale, vous pouvez vous rendre dans une pharmacie pour acheter votre médicament antipaludéen. Mais, vous pouvez également effectuer cet achat en ligne.

Cet achat est sécurisé au maximum lorsque vous l’effectuez sur le site Treated (lien plus bas). Cette pharmacie en ligne propose un grand nombre de médicaments qui permettent de traiter le paludisme. Le formulaire médical en ligne que vous remplissez est examiné par un médecin agrée qui saura vous prescrire le médicament le mieux adapté pour vous. Ce site fiable offre un service de santé en ligne et effectue une livraison à domicile en 24 heures.

Plusieurs officines disposent des rayons dédiés à l’homéopathie. Ainsi, vous pouvez acheter les médicaments et produits homéopathiques dans ces pharmacies, tout en bénéficiant des conseils avisés d’un homéopathe. En ce qui concerne les plantes médicinales, vous pouvez vous en procurer dans les boutiques ou les magasins spécialisés pour la vente des plantes, dans les supermarchés ou les magasins exotiques.

Acheter maintenant votre traitement contre le paludisme au meilleur prix