5 treks à faire dans votre vie !

Les meilleurs treks du monde ne consistent pas à marcher dans un parc, mais constituent un défi aussi bien sur le plan physique que mental. Ils vous permettent d’aller au-delà de vos limites, tout en amplifiant votre vision du pays que vous visitez. Si vous avez envie de sortir des sentiers battus, ces randonnées constituent votre meilleure chance de vivre un voyage inoubliable. Notre expérience nous a appris que le trekking est à bien des égards la meilleure façon de découvrir la beauté de notre planète. Nous allons, dans les lignes qui suivent, découvrir 5 treks que vous devez absolument faire.

#1 Le circuit national d’Israël, un des meilleurs treks au monde

Désert de NéguevLe sentier national d’Israël est un chemin de randonnée, inauguré en 1995. Le sentier traverse tout le pays. Son extrémité nord est à Dan, près de la frontière libanaise dans le nord du pays, et s’étend à Eilat au bout le plus méridional d’Israël sur la mer Rouge.

D’une longueur totale de 1015 kilomètres, ce trek est idéal pour les randonneurs longue distance, qui sont amateurs d’histoire ancienne et contemporaine. En parcourant le vaste désert qui cède peu à peu la place aux kibboutzim, le sentier national d’Israël se penche sur la grande échelle des paysages bibliques ainsi que sur la vie quotidienne des Israéliens d’aujourd’hui.

Mais au-delà de l’immense sens historique, la piste se connecte puissamment à quelque chose d’encore plus exaltant: la sublime beauté du désert du Néguev. L’extrémité sud de la piste traverse le rude et précieux désert remplis de fleurs sauvages au printemps, qui est encore peuplé par des Bédouins nomades et les bouquetins nubiens à longue corne. Il n’y a pas beaucoup d’eau à boire en cours de route, quoique la piste traverse beaucoup de spots humides.

Cette piste séculaire vous mène auprès de la mer de Galilée située 200 mètres en dessous du niveau de la mer. Elle côtoie le Jourdain et longe les plages méditerranéennes au nord de Tel-Aviv pour finir dans la station balnéaire d’Eilat sur la mer Rouge. Le circuit national israélien emmène les randonneurs à des endroits qui ont une immense importance pour le monde judéo-chrétien et au-delà. Au cours de ce trek, vous pourrez vous essayer à l’escalade du mont Tabor de 588 mètres, l’endroit où Barak et 10 000 Israélites ont vaincu les cananéens, selon le livre des Juges de la Bible.

Les hauteurs du mont Carmel sont sacrées pour les juifs et les chrétiens, ainsi que pour les musulmans. Des sites plus modernes, tels que le mémorial de Metzudat Koach, dédié aux 28 soldats qui sont morts en tentant de prendre un fort au cours conflit qui a opposé arabes et israéliens en 1948, bordent également le parcours. La piste est cependant très sûre et très éloignée des zones d’hostilités actuelles.

#2 La traversée du parc Drakensberg en Afrique du Sud

DrakensbergIl s’agit d’une grande et longue randonnée dans l’arrière-pays sans véritable piste, qui requiert à la fois des compétences pour la vie en plein air et une certaine connaissance des voyages en Afrique. De nombreux voyageurs préfèrent généralement engager des guides.

De Mont-aux-sources à Cathedral Peak, vous en avez pour 64 kilomètres de marche et d’escalade. Les Zoulous appellent ces pics « ukhahlamba », ce qui signifie « barrière de lances ». Un escarpement vertigineux de basalte volcanique éclatant d’anciennes roches sédimentaires, le Drakensberg est la plus haute chaîne de montagnes d’Afrique du Sud, couronnée par l’Amphithéâtre, une chaîne de 1000 mètres d’altitude.

Le basalte volcanique a été expulsé de force, il y a environ 180 millions d’années et s’est propagé pour former une couche de plus d’un kilomètre d’épaisseur par rapport au grès antérieur. L’extrémité orientale s’est érodée sur une ligne longue de 200 km, qui forme la frontière naturelle entre l’Afrique du Sud et le Lesotho. Ici, vous contemplerez des formations géologiques inédites, ainsi que des crêtes herbeuses et des gorges descendant dans les plaines à environ 1 800 m.

Les contreforts de grès de Little Berg mettent à votre portée, un labyrinthe de canyons et de crêtes rocheuses, dont la verdure luxuriante pendant la majeure partie de l’année surprendra de nombreux voyageurs, qui s’attendent à un désert rocailleux. L’échelle ici est trompeuse: vous devez vous concentrer pour apprécier l’immensité des falaises de 1 000 mètres qui ne sont pas inhabituelles. Vous pourrez parfois sentir que vous observez ce paysage à travers un télescope.

Derrière cet escarpement se trouve un plateau brisé et sans arbres, dont l’herbe rugueuse et les petits arbustes alpins rappellent l’Écosse ou certaines parties de la Mongolie. Arriver soudainement aux bordures déchiquetées de l’escarpement rocheux durant votre trek à travers ce paysage magnifique mais apparemment régulier ne cessera de surprendre les randonneurs.

Le parc ukhahlamba / Drakensberg est classé au Patrimoine Mondial de l’Humanité par l’UNESCO. Un trek à travers ce paysage épique commence par l’escalade des échelles fixées sur la paroi rocheuse pour atteindre le sommet de cette barrière et le plateau de Mount-aux-Sources, où la rivière Tugela fait un plongeon de 948 mètres dans une série de cinq cascades qui en font la deuxième plus haute chute d’eau dans le monde.

De là, votre périple traversera le haut plateau avant de rencontrer la civilisation à Cathedral Peak Hotel. Le Drakensberg est également parsemé d’innombrables grottes dans lesquelles on trouve un héritage artistique de peintures rupestres, qui illustrent l’histoire parfois mouvementée de la nation arc-en-ciel.

#3 Le Yoshida Trail sur le mont Fuji au Japon

Mont Fuji au Japon et son Yoshida TrailBeaucoup de randonneurs mettent l’ascension du Mont Fuji sur la liste des pires randonnées au monde. Tout d’abord, ce volcan de 3776 mètres est le point le plus élevé au Japon. Il est également l’une des montagnes les plus escaladées au monde, avec plus de 300 000 randonneurs qui cherchent à atteindre le sommet chaque année. Le mont Fuji a d’ailleurs été inscrit en tant que site du patrimoine mondial en juin 2013.

En dépit de ses désagréments, le mont Fuji est facile d’accès, car ses quatre principales pistes peuvent être atteintes en utilisant les transports en commun du centre-ville de Tokyo. Mais ce sont les foules elles-mêmes (dont un tiers d’étrangers) qui font du Fuji une expérience d’escalade mémorable.

Le Yoshida Trail, qui est basé à la cinquième station de la ligne Fuji-Subaru, est visité par de nombreux touristes et grimpeurs chaque année. Ayant le plus grand nombre de cabanes et deux stations de secourisme, la route est recommandée pour ceux qui n’ont pas d’expérience dans l’alpinisme ou ceux qui escalent le mont Fuji pour la première fois. Vous êtes moins susceptibles de vous perdre parce qu’il y a beaucoup d’autres grimpeurs, mais naturellement, vous ne pouvez pas éviter les foules.

Vous pouvez vous arrêter pour savourer des nouilles et réchauffer vos jambes endolories en face d’un feu dans l’une des nombreuses  huttes qui bordent les pistes menant au sommet. Contempler le lever du soleil depuis le sommet est l’une des activités les plus appréciées des randonneurs. Expérience sauvage? Certainement pas. Mais c’est un voyage culturel unique dans la vie. Rappelez-vous juste ce que les Japonais disent: « Il est sage d’escalader le Mont Fuji une fois, mais il faut être un imbécile pour le refaire ».

Si vous souhaitez voir le lever du soleil depuis le sommet, assurez-vous de planifier votre agenda d’escalade durant les jours ouvrables de la semaine et pas pendant le festival Obon, où la foule est pléthorique. Les chalets de montagne et autres établissements d’hébergement dans la région ont tendance à être entièrement réservés, alors essayez de réserver dès qu’ils commencent à prendre des réservations sur Internet.

La saison officielle court de juillet à août. Les foules sont moins nombreuses en juin et en septembre, mais les huttes peuvent être fermées et les transports publics tournent au ralenti. En hiver, l’ascension du Fuji nécessite des équipements d’alpinisme et de sécurité.

#4 Le trek de Santa Cruz dans la Cordillera Blanca au Pérou

Trek dans la Cordillera BlancaAlors que l’Himalaya reçoit toute l’attention en ce qui concerne le trekking en haute altitude, la Cordillera Blanca au Pérou offre la solitude des grandes montagnes avec beaucoup moins de tracas. C’est aussi une alternative moins bondée comparé au Machu Picchu sur le sentier Inca. La Cordillera Blanca est l’une des les plus grandes concentrations de hauts sommets dans l’hémisphère occidental, avec 33 pics culminant à plus de sur 5500 mètres et 16 dépassant les 6000 mètres d’altitude.

La Cordillera Blanca s’étend à l’est sur une longue vallée emmêlée de lacs ultramarins bordés par des murs de granit strié, qui ça et là laissent déborder des chutes d’eau. À l’ouest, les arêtes acérées de roches et de glaces s’incrustent dans les glaciers. Le passage de Punta Union n’est accessible qu’à pied ou à dos de mule le long du sentier spectaculaire de 50 km de la Santa Cruz, dont une partie est une ancienne route inca. Le sentier traverse une chaîne de petits villages de montagne avant de couper au cœur de la Cordillera Blanca, la plus haute chaîne de montagnes tropicales du monde.

On y trouve l’Huascarán (6768 mètres) qui est également la plus haute montagne du Pérou (plus de photos ici). L’ensemble de la chaîne occupe un couloir de 21 kilomètres de large et 180 kilomètres de long. Il existe de nombreuses pistes de randonnées dans la région, mais le Santa Cruz est de loin le plus palpitant.

La randonnée commence dans la ville animée de Huaraz, également appelée la «capitale du trek». Vous pourrez y embaucher des guides ou rencontrer des aventuriers partageant les mêmes passions que vous. La période la plus favorable pour mener cette mémorable randonnée cout d’avril à septembre.

#5 Le trek de Laugavegurinn en Islande

Landmannalaugar en Islande, c'est parti pour un des meilleurs trek au mondeIl s’agit d’une excursion de 6 jours qui nous a amenés sur la piste de randonnée la plus célèbre en Islande. Le sentier de Laugavegurinn est connu dans le monde entier pour sa beauté pittoresque. Ce périple est taillé pour les volcanologues et les randonneurs qui veulent contempler la nature sauvage islandaise tout en passant la nuit dans les huttes.

Le trek lui-même commence à Landmannalaugar, un pays de merveilles géothermiques, connu dans le monde entier pour ses montagnes de rhyolites multicolores et ses chaleureuses sources thermales que les habitants ont apprécié pendant les siècles. Pendant toute la randonnée vous serez émerveillés par des champs d’obsidienne, des montagnes colorées, des sables noirs, des sources thermales, des geysers, des glaciers blancs pétillants et des rivières glaciaires, des églises d’elfes et bien plus. Tout en vous imprégnant de la beauté naturelle de l’Islande, vos guides vous parleront de ces domaines mystérieux, du paysage, de la flore, de la faune et des contes folkloriques.

Un quart de la population de l’île prétend croire aux elfes ou à d’autres créatures mythiques, et après avoir parcouru les champs de lave et gravi les montagnes de cette piste, vous ne pourrez vous empêcher d’y croire. Vous traverserez des paysages à couper le souffle avec des calottes glacières et l’Atlantique du écumant de fureur à l’horizon.

L’itinéraire serpente vers Thorsmörk (littéralement « le bois de Thor »), un parc qui abrite même quelques arbres, une rareté relative ici. En chemin, vous rencontrerez des cabanes bien entretenues qui accueillent des étrangers et beaucoup d’indigènes. La dernière promenade de Fimmvörðuháls à Skógar traverse un ravin rempli de cascades et se termine par la massive cascade Skógafoss, une merveille de 321 mètres de haut.

Les huttes sont ouvertes de fin juin à mi-septembre. C’est une tradition islandaise de faire de la randonnée durant le solstice d’été, alors vous êtes assurés d’avoir de la compagnie. En fait, l’itinéraire entier est tellement populaire que l’on appelle « Laugavegurinn », du nom du boulevard principal de Reykjavik, la capitale islandaise.

 

Ces différents parcours sont si célèbres que National Geographic les a listés parmi ses choix. Ils regroupent à eux seuls, tout ce qu’on recherche à travers une randonnée, à savoir le dépaysement et le dépassement de soi. Traversez des paysages d’une extraordinaire beauté et ressourcez-vous en affrontant ce que la nature a de plus âpre et de plus passionnant. Il s’agit de treks que tout randonneur qui se respecte doit effectuer au moins une fois dans sa vie.

Sources :

Leave a Reply 0 comments

Leave a Reply: