Guide sur le virus Zika et traitements à utiliser

Le virus Zika est un agent pathogène transmis par les moustiques. Il est responsable d’une pathologie appelée maladie à virus Zika. Il a été découvert pour la première fois en 1947 sur un singe macaque rhésus, dans une forêt située en Ouganda et dénommée Zika (d’où le nom du virus). Les premiers cas d’infection humaine furent enregistrés en Ouganda et en Tanzanie en 1952.

Plus tard, des cas d’infection furent rapportés dans d’autres pays d’Afrique et d’Asie. La première épidémie causée par ce virus, a été enregistrée en 2007 dans le Sud ouest de l’océan Pacifique, sur l’île de Yap dans les États fédérés de Micronésie. D’autres cas d’infections ont été également notifiés dans d’autres régions du monde, notamment en Polynésie Française (2013 et 2014), et vers fin 2015 en Amérique centrale, dans les Caraïbes et au Nord est du brésil.

Pour l’heure, il n’existe pas encore de vaccin susceptible de freiner les épidémies, ni aucune thérapie antivirale pour le traitement d’une infection à virus Zika. Le traitement est essentiellement symptomatique, avec par ailleurs, des mesures  qui permettent d’empêcher la transmission du virus, en évitant les piqûres des moustiques.

Transmission du virus Zika

Le virus Zika est un flavivirus appartenant à la famille de Flaviviridae. Il est transmis à l’être humain par la piqûre d’un moustique infecté du genre Aèdes, (communément appelé moustique tigre, d’environ 5 mm de long), surtout l’espèce aèdes aegypti ou l’espèce aèdes albopictus.

Il s’agit d’une transmission vectorielle. Au cours d’un repas sanguin, le moustique prélève le virus sur un sujet infecté et le transmet en piquant un autre être humain sain. Le virus peut être, également, transmis par voie sexuelle. Un sujet porteur du virus Zika peut le transmet à son ou sa partenaire au cours des rapports sexuels non protégés. Les condoms sont susceptibles de réduite au minimum le risque de transmission sexuelle.

La transmission de la mère au fœtus au cours de la grossesse et la transmission par transfusion sanguine sont, également, possibles. Actif pendant le jour et au cours de la nuit, les moustiques tigres infectés piquent fréquemment le matin, en fin d’après midi et en début de soirée. La période d’incubation est, généralement, de 3 à 12 jours, après la piqûre infectante. La période au cours de laquelle le virus est dans le sang est plus courte, avec une durée de 3 à 5 jours.

Manifestations cliniques

Eruption cutanéeL’infection à virus Zika est, parfois, asymptomatique, les sujets ne présentent aucun symptôme dans la majorité des cas. Lorsqu’elle se manifeste sous une forme symptomatique, l’expression clinique est marquée par une éruption cutanée à type d’exanthème maculo-papuleux, éventuellement, prurigineuse qui débute au niveau du visage avant de s’étendre au reste du corps. Cette éruption cutanée est, parfois, accompagnée d’une fièvre inconstante, transitoire et modérée, avec une température corporelle peu élevée (fébricule).

Les autres signes sont une  hyperhémie conjonctivale sans prurit ni écoulement, des arthralgies des extrémités (mains, pieds, poignets, genoux) associées ou non à des œdèmes des extrémités qui apparaissent plus tardivement. Le sujet peut être, également, affecté par des douleurs musculaires, des douleurs retro-orbitaires et des maux de tête. Cette infection à virus Zika peut être également associée à une asthénie parfois intense et à un état de malaise.

Ces symptômes sont, généralement, bénins et disparaissent au bout de 2 à 7 jours. Cette infection à virus Zika est habituellement de courte durée, avec une fièvre qui disparaît en moins de trois jours ; elle guérit sans séquelles. Si lors de votre séjour dans un pays au sein duquel le virus Zika sévit ou quelques jours après votre arrivée, vous présentez des signes évocateurs d’une infection au virus Zika, vous devez consulter rapidement un médecin, surtout si vous êtes une femme enceinte, compte tenu des complications qui peuvent survenir chez l’enfant qui va naître.

Complications

La gravité de l’infection est liée à la survenue des complications de types neurologiques. Chez l’adulte, ce sont, entre autres, les encéphalites, les méningo-encéphalites, les myélites, des syndromes de Guillain Barré (atteinte des nerfs périphériques). Chez le fœtus, le virus peut infecter les tissus nerveux et favoriser l’apparition des troubles neurologiques quand la mère a été infectée au cours de la grossesse.

Des microcéphalies (petit périmètre crânien ou une croissance anormale de la boîte crânienne) peuvent survenir avec un retard du développement cérébral utérin, des lésions neurologiques et des anomalies cérébrales visibles à l’échographie. Ainsi, l’atteinte fœtale peut être grave. Le virus Zika peut être, de ce fait, redoutable chez la femme enceinte. Dans tous les cas,  si vous êtes un sujet infecté par le virus Zika, vous devez rapidement consulter un médecin si les symptômes s’aggravent.

Diagnostic

Essaim de moustiquesLes symptômes et l’anamnèse du sujet, notamment, l’historique de déplacement dans une zone au sein de laquelle la présence du virus est certaine, sont des critères qui permettront de suspecter un cas d’infection à virus Zika. Mais, la confirmation de la présence du virus dans l’organisme ne peut que provenir des analyses de sang ou de liquides biologiques dans un laboratoire. Ainsi, le diagnostic est classiquement biologique.

Ainsi, dans les 7 jours suivant l’apparition des symptômes, le virus peut être détecté dans le sang ou les urines par le biais d’une technique dénommée RT-PCR (Reverse Transcriptase – Polymerase Chain Reaction). Avec cette technique basée sur le prélèvement de sang et d’urine, il est possible de détecter des gènes du virus. Un résultat positif de RT-PCR dans le sang ou les urines, permet de confirmer le diagnostic.

Quand le délai écoulé depuis la date de début des signes, est situé entre 8 et 15 jours, on procède à un RT-PCR des urines uniquement. Ce prélèvement d’urines permet de rechercher le génome du virus Zika. Le diagnostic de certitude repose, également, sur la détection d’anticorps IgM et IgG anti-Zika à travers un examen sérologique, à partir de 5 jours après le début des symptômes.

Ainsi, si vous venez d’un pays où la transmission du virus Zika est présent et que vous présentez les signes de cette infection, vous devez procéder à un test de dépistage dudit virus  au cours des trois premiers jours après votre arrivée.

Traitements

Traitement médicamenteux

Il n’y a pas encore de vaccin contre le virus Zika, ni de traitement spécifique ou précis pour soigner les cas d’infection. Le traitement qui prévaut est, essentiellement, symptomatique. Il est caractérisé par des soins de soutien qui consistent à prescrire des antipyrétiques, c’est-à-dire, des médicaments qui permettent de lutter contre la fièvre ou font baisser la température corporelle. D’autres médicaments sont, également, administrés, ce sont les analgésiques destinés à réduire la douleur. Le cas échéant, l’acétaminophène est bien indiquée; c’est un analgésique sécuritaire et efficace qui peut être utilisé comme un antipyrétique.

Les antihistaminiques sont administrés contre les démangeaisons, notamment, la cétirizine. Aussi, ce traitement de soutien consiste à soulager tout symptôme lié à l’infection à virus Zika. Mais, vous ne devez pas utiliser l’acide acétylsalicylique, l’aspirine, l’ibuprofène et les anti-inflammatoires non-stéroïdiens. Aussi, les antibiotiques ne sont pas opérants.

En plus de ce traitement symptomatique, si vous êtes un sujet infecté par le virus, vous devez beaucoup vous reposer et boire beaucoup d’eau pour éviter la déshydratation qui peut être prononcée en cas de fièvre. Aussi, en présence des atteintes des nerfs périphériques (syndromes Guillain Barré, associés à une grande faiblesse, une sensation d’engourdissement) ou d’autres symptômes neurologiques, des soins médicaux d’urgence sont nécessaires.

Traitements naturels

Homéopathie

Il existe des remèdes homéopathiques qui permettent de traiter les symptômes, en cas infection par le virus Zika. En présence d’une fièvre modérée, Ferrum phosphoricum 15 CH est bien indiqué, à hauteur de 5 granules 4 à 6 fois par jour. Si vous êtes un sujet affecté par pour une fièvre associée à des frissons, à une soif intense et à un grand besoin de repos, vous pouvez avoir recours à Bryonia 5CH, à raison de 3 granules toutes les demi-heures.

Rhus toxicodendron 5 CH est un remède homéopathique qui vous permettra de lutter contre les douleurs articulaires et péri-articulaires, à raison de 3 granules toutes les heures. Contre les œdèmes localisés au niveau des mains, associés à un prurit, Bovista 15 CH s’avère utile, la posologie est de 5 granules 4 à 6 fois par jour. Pour chaque médicament homéopathique, vous devez espacer ou réduire les prises en cas d’amélioration de votre état de santé.

Huiles essentielles

Menthe poivréeL’huile essentielle extraite de la menthe poivrée peut être utile contre les démangeaisons. Celle du poivre noir permet, également, de stimuler l’organisme en présence du virus. L’huile essentielle qui provient des feuilles de l’eucalyptus citronné déploie des propriétés antivirales qui s’avèrent bénéfiques en cas d’infection à virus Zika. Elle peut être utilisée comme un baume antidouleur. L’huile essentielle de girofle et celle de cannelle de Ceylan ont des propriétés antivirales et peuvent être utilisées en vue de masser le thorax, le poignet et les voûtes plantaires. Aussi, les huiles essentielles issues du cajeputier et du niaouli sont également efficaces.

Prévention

Il n’existe pas de traitement préventif bien spécifique contre le virus. Néanmoins, si vous séjournez dans une zone où ce virus est présent, vous pouvez éviter la transmission du virus en évitant ou en vous protégeant contre les piqûres de moustique. Ainsi, des mesures préventives permettent de se protéger des piqûres de moustique en ayant recours à divers moyens physiques et chimiques.

Pour une meilleure protection, de jour comme de nuit, en particulier en début et en fin de journée, au cours des périodes d’activité maximale du moustique vecteur, vous devez porter des habits amples, longs et couvrants les bras et les jambes jusqu’aux chevilles (des manches longues, des pantalons). Ces moyens permettent de limiter le risque de piqûre de moustique.

Recommandations

Utiliser une moustiquaire pour que le virus Zika ne vous atteigne pasCas suspects ou confirmés

Les personnes infectées (cas confirmés) doivent éviter tout projet de voyage pour ne pas propager le virus Zika dans d’autres pays. Elles doivent éviter tout don de sang. Aussi, elles doivent être isolées, comme les cas suspects, sous une moustiquaire ou dans une résidence aux fenêtres fermées.

Femmes (enceintes)

Les femmes qui tombent enceintes deux mois après leur retour de voyage d’une zone à risque ou qui ont eu des relations non protégées avec un partenaire infecté (cas confirmé) doivent consulter un professionnel de la santé. Tout projet de voyage dans les zones endémiques doit être abandonné ou en cas de nécessité, la femme doit préalablement évaluer le risque avec son médecin.

De façon particulière, les femmes enceintes doivent utiliser tous les moyens pour éviter toute piqûre de moustique, surtout durant les six premiers mois de la grossesse, compte tenu du risque important lié à la malformation fœtale, en cas de transmission du virus Zika.

Après le retour d’un voyage dans une zone endémique, il est recommandé aux femmes d’attendre au moins deux mois avant d’entrevoir la conception ou de tomber enceintes afin d’écarter tout risque lié à la présence du virus Zika dans leur organisme.

Transmission sexuelles

Si vous un homme ayant séjourné dans une zone de transmission du virus Zika, après votre retour, vous devez utiliser des préservatifs ou éviter toutes relations sexuelles au cours d’une période de temps de six mois, pour éviter de transmettre l’infection par voie sexuelle. Si vous êtes le partenaire sexuel d’une femme enceinte qui vit ou a séjourné dans un pays endémique, vous devez avoir des rapports sexuels protégés ou éviter les relations sexuelles durant toute la grossesse.