Traitements contre le mal des transports en voiture

Forme particulière du mal des transports, le mal de voiture est un malaise qui survient chez certaines personnes lorsqu’elles se déplacent à bord d’une voiture. Ce mal très incapacitant, peut pourrir la vie de gens, dont le boulot requiert qu’elles fassent de longs trajets en voiture chaque jour. Vous en avez assez d’être la risée des autres dans le bus ? Nous allons, dans les lignes qui suivent, vous expliquer comment changer votre vie en tenant en laisse le mal des transports en voiture.

Qu’est-ce que le mal de voiture et quelles en sont les causes ?

Le mal des transports en voiture se produit lorsque le cerveau reçoit des signaux contradictoires des parties du corps sensibles au mouvement, en occurrence l’oreille interne, les yeux, les muscles et les nerfs situés aux extrémités des membres. Dans les circonstances habituelles, ces sens réagissent à tout mouvement en envoyant un message synchronisé au cerveau.

Cependant lorsque les signaux qu’ils reçoivent et envoient sont incohérents, par exemple, si vous êtes dans une voiture qui roule à vive et que vous lisez ou que vous ne regardez pas à travers les vitres, votre oreille interne et vos articulations détectent le mouvement, mais vos yeux ne le font pas. Il s’ensuit l’envoi de signaux en totale contradiction. Les autres sens disent au cerveau que votre corps est en mouvement tandis que vos yeux soutiennent le contraire.

Le cerveau reçoit des signaux contradictoires et délivre une réponse qui peut provoquer des malaises. Bien que la plupart des gens puissent souffrir du mal des transports en voiture, certains facteurs peuvent rendre certaines personnes plus susceptibles à ce mal. Ainsi, les femmes sont généralement plus susceptibles que les hommes au mal des transports en voiture. Les enfants de 2 à 12 ans ont également plus de chances d’en souffrir que les adultes.

Des facteurs hormonaux associés à la grossesse, au cycle menstruel et aux contraceptifs oraux peuvent également le déclencher. D’autres troubles de l’équilibre peuvent être un facteur, en particulier la maladie vestibulaire et la migraine. De même, une personne ayant développé des symptômes dans le passé peut les voir empirer  dans ses futurs voyages.

Enfant sensible au mal de voiture

Signes et symptômes

Le mal de transport en voiture commence habituellement par un vague sentiment de mal d’estomac, des sueurs froides, une fatigue et une perte d’appétit. Cela se termine habituellement par des vomissements. Un jeune enfant peut ne pas pouvoir décrire le malaise, mais il le montrera en pâlissant, en s’agitant, en bâillant et en pleurant.

Plus tard, il perdra son intérêt pour la nourriture et même pour ses plats préférés. On le verra ensuite vomir. Cette réponse peut être aggravée par des antécédents sur de précédents voyages, mais elle s’améliore généralement avec le temps. Parmi les autres symptômes, on peut noter une salivation excessive, des maux de tête, le vertige, la nausée, des éructations et une transpiration abondante.

Les traitements contre le mal de voiture

Les personnes qui souffrent de mal de voiture n’ont pas à désespérer car ce mal n’est pas insoluble. Des traitements médicamenteux, la médecine alternative, et de nombreux accessoires peuvent vous aider à redécouvrir la joie d’un voyage en voiture. Afin de vous aider à juguler votre malaise, nous avons passé en revue toute la panoplie des solutions disponibles.

Comprimés contre le mal de voiture

  • Les comprimés Kwells

Les comprimés Kwells sont destinés au soulagement du mal des transports en voiture chez les adultes et les enfants de plus de 10 ans. Ils peuvent être sucés, mâchés ou avalés entiers. Ils peuvent être pris avec ou  sans nourriture. Contenant chacun 300 mg d’hydrobromure d’hyoscine, ces comprimés doivent être idéalement pris 20-30 minutes avant le début du voyage en vue de prévenir l’apparition des symptômes. Ils peuvent être également utilisés de façon curative dès l’apparition des premiers symptômes.

Le dosage est d’un comprimé toutes les six heures, en veillant à ne pas excéder la dose de trois comprimés par jour. Il faut cependant noter que ce médicament peut provoquer de la somnolence et que les personnes qui souffrent de glaucome devraient éviter de le prendre. Ne le prenez pas non plus pendant la grossesse sans consulter votre médecin.

  • Comprimés Stugeron

Comprimés de StugeronCe médicament sert à prévenir et à traiter le mal des transports en voiture. Il soulage notamment les nausées, les vomissements, le vertige, ainsi que les bourdonnements dans les oreilles (acouphènes). Les comprimés Stugeron contiennent 15 mg de cinnarizine comme principe actif. La cinnarizine est un antihistaminique qui empêche le centre de vomissements situé dans le cerveau de recevoir des messages nerveux envoyés par l’appareil vestibulaire de l’oreille interne.

Les comprimés peuvent être mâchés, sucés ou avalés entiers. Si le médicament vous cause des maux d’estomac, le prendre avec un peu de nourriture peut vous aider à juguler ce désagrément. Pour prévenir le mal de voiture, les adultes et les adolescents âgés de plus de 12 ans devraient prendre deux comprimés deux heures avant le voyage.

Vous pourrez ensuite prendre un comprimé toutes les huit heures pendant le voyage, si nécessaire. Les enfants âgés de 5 à 12 ans devraient prendre un comprimé deux heures avant le voyage. Ils peuvent alors recevoir un demi-comprimé toutes les huit heures pendant le voyage, si nécessaire.

  • Phenergan comprimés

Médicament à base de prométhazine, Phenergan comprimé est un traitement préventif du mal des transports en voiture. Il agit principalement sur les symptômes que sont les nausées et les vomissements. La dose moyenne pour un adulte est de 25 mg par jour, repartis en deux prises.

La dose initiale doit être prise une heure avant le voyage et être répétée de 8 à 12 heures plus tard, si nécessaire. Si le voyage dure plus d’un jour, il faudra renouveler le traitement. Pour les enfants, il faudra administrer 12,5 mg par jour en deux prises. Pour ce type de patient, Phenergan sirop ou suppositoires pourra être utilisé.

Les patches transdermiques

Ces dispositifs adhésifs s’attachent à la peau et délivrent leur contenu au travers de l’épiderme. Contrairement aux comprimés, ils n’ont pas besoin d’être renouvelés chaque jour.

  • Scopoderm Patch

Scopoderm Patch est utilisé pour prévenir les symptômes tels que les nausées, les vomissements et des vertiges, qui peuvent se produire lors des déplacements en voiture. Ce médicament a pour principe actif la scopolamine, également connue sous l’appellation d’hyoscine. Comme excipients, on trouve de l’huile minérale, du polyisobutylène et du polypropylène. Il est pourvu d’un réservoir plat et rond d’environ 1,8 cm de diamètre. Un côté du patch est bronzé; tandis que l’autre est argenté et est solidaire d’un film hexagonal transparent surdimensionné.

Chaque patch est un système plat de stratifiés, scellé sur les bords et contenant un liquide clair de consistance huileuse. Chaque système a une surface de contact d’environ 2,5 cm2 et a une teneur en hyoscine de 1,5 mg. La quantité moyenne d’hyoscine absorbée en 72 heures est de 1 mg. Les adultes et les enfants de plus de 10 ans doivent appliquer un patch 5-6 heures avant de commencer leur voyage. Alternativement, on peut mettre un patch le soir précédent le voyage.

Le patch se colle sur une peau propre, sèche et sans poils derrière l’oreille. Evitez les zones lacérées ou irritées de quelque façon que ce soit. Une fois placé, chaque patch procure une protection durant 3 jours. Si votre voyage dure plus de 72 heures, il faut renouveler le traitement.

Les bandes d’accupression

L’accupression est une forme ancienne de médecine, qui utilise la pression des doigts et des mains pour stimuler les points clés sur le corps. Plusieurs de ces points d’acupression peuvent être efficaces pour prévenir et soulager divers maux, mais les plus connus et les plus faciles à localiser et à utiliser sont les points P6 (également appelés points Nei Kuan), qui sont situés sur la face intérieure du poignet.

Les bracelets et les bandes d’acupression appliquent une pression constante sur le point P6 afin de soulager les symptômes du mal des transports.

  • Les bracelets Sea-band

Sea-band est probablement la marque la plus connue et la plus largement disponible. Ses bracelets ont fait l’objet de nombreux tests et de plusieurs essais cliniques et sont couramment utilisés par les automobilistes. Il s’agit de bracelets élastiques tricotés qui intègrent un petit bouton en plastique. Ils sont disponibles en taille adulte et enfant. Ils doivent être correctement ajustés et ne fonctionneront pas s’ils sont lâchement attachés autour de votre poignet.

Les bracelets Sea-band sont évidemment réutilisables et peuvent être lavées en machine. Il suffit de les porter tout au long du trajet pour dire adieu au mal de voiture.

  • Les bracelets Psi-band

Bracelets Psi BandD’un prix légèrement plus élevé, les bandes Psi sont en plastique et ressemblent plus à des bracelets à la mode. Ils viennent dans une gamme de cinq couleurs et motifs et ont l’avantage de ne pas rétrécir ou se relâcher lorsqu’ils sont humides. Les bracelets Psi-bands sont réglables avec une boucle, de sorte que l’utilisateur puisse les ajuster au plus près ; ce qui les rend plus efficaces que les précédents. Cependant avec une longueur minimale de 13 cm, ils sont Trop grands pour la plupart des enfants.

Les traitements homéopathiques contre le mal de voiture

L’homéopathie peut être d’un précieux secours quand il s’agit de tacler ce mal récalcitrant. En des siècles de pratiques, les spécialistes de cette médecine alternative ont mis au point une diversité de remèdes qui peuvent aider à soulager les symptômes associés au mal des transports en voiture.

  • Borax

Ce remède est conseillé lorsque les symptômes s’aggravent à la descente d’une côte et que le patient ressent de l’anxiété, de la confusion, de l’agitation et de la détresse. Il est très utile pour les personnes qui redoutent les voyages en montagnes.

  • Cocculus Indicus

Cocculus Indicus est le remède le plus populaire contre le mal de voiture. Il est particulièrement recommandé lorsque les nausées s’aggravent à la vue de la nourriture. Ce dernier peut se sentir extrêmement faible, étourdi et ressentir le besoin de s’allonger. Il peut aussi avoir un sentiment de vide ou de creux dans l’estomac. Les symptômes peuvent s’empirer avec le froid, lorsque le sujet se déplace ou quand il manque de sommeil.

Essayer l'homéopathie

  • Nux Vomica

Ce remède est utilisé en cas de nausées sévères avec un mal de tête intense à l’arrière de la tête ou sur un œil. Le patient désire de la chaleur et déteste la nourriture, le tabac et le café. Il peut également y avoir des ballonnements, des bourdonnements et éventuellement des vomissements sans que rien ne se produise.

  • Petroleum

Une nausée persistante avec un sentiment vide dans l’estomac suggère un recours à ce remède, surtout si la personne se sent un peu mieux après s’être réchauffée et mangé de la nourriture. Il peut y avoir une salivation excessive, des douleurs à l’estomac, ainsi qu’une douleur ou une raideur à l’arrière de la tête ou du cou. Le mal peut s’empirer avec la lumière, le bruit ou lorsque le sujet essaie de s’asseoir.

  • Rhus Toxicodendron

Ce remède est souvent utilisé lorsque le patient a des nausées et des vomissements, mais pas d’appétit. Il peut se sentir très étourdi lorsqu’il tente de s’asseoir et peut avoir un mal de tête intense autour du front. Son cuir chevelu peut être douloureux au toucher. Il peut y avoir aussi une sécheresse de la bouche et de la gorge, ainsi qu’une soif inextinguible.

  • Tabacum

Il faudra recourir à ce remède si la personne est nauséeuse, faible, verte et extrêmement pâle. Le patient est très fatigué et a un terrible sentiment de coulée dans la gorge et l’estomac. Ces symptômes peuvent également être accompagnés d’une sueur froide, d’un vomissement jaune ou jaune-verdâtre et d’un mal de tête avec un sentiment de bande serrée autour de la tête. La personne peut se sentir mieux en présence d’air frais ou lorsqu’elle ferme les yeux. Ces symptômes s’aggravent avec le mouvement.

L’aromathérapie, pour lutter contre le mal de voiture

Certaines huiles essentielles peuvent aider à juguler les symptômes du mal des transports en voiture. Au nombre des plus populaires, on compte les huiles essentielles d’aneth, de gingembre, de pamplemousse, de patchouli et de menthe. Ces huiles essentielles peuvent être utilisées seules ou en combinaison. Ces huiles essentielles peuvent être utilisées avec le diffuseur de parfum de votre voiture afin d’embaumer l’air et aider toute personne vulnérable au mal des transports.

Cependant, certains parfums sont trop forts, et certains dans le groupe peuvent ne pas vouloir y être exposés. Dans ce cas, vous pouvez utiliser un inhalateur d’aromathérapie. Vous utiliserez entre 5 et 10 gouttes de votre huile essentielle préférée ou une combinaison de celles-ci. Ensuite, vous pouvez l’inhaler sans exposer tout le monde à l’odeur.

Lorsque vous voyagez avec des huiles essentielles, il est important d’apporter beaucoup de mouchoirs. Vous pouvez les utiliser pour appliquer efficacement les huiles essentielles, en plaçant une ou deux gouttes sur le tissu, puis en l’inhalant, le cas échéant.

Malade en voiture

Astuces pour gérer le mal des transports en voiture

Un certains nombre d’astuces et de remèdes faits maison peuvent vous aider à vous soustraire aux affres de ce malaise. Ils comprennent des choses comme une adaptation du régime alimentaire, des exercices physiques…

  • Le régime alimentaire

Des études indiquent qu’un régime alimentaire pauvre en graisse peut réduire les symptômes du mal des transports en voiture. Les aliments épicés et acides sont plus susceptibles de causer des nausées et des vomissements. Les marins expérimentés choisissent fréquemment de manger des aliments sucrés et non épicés, qui sont difficiles à vomir. Tenez-vous loin des aliments trop salés et les produits laitiers. En règle générale, il faut éviter les aliments difficiles à digérer.

Il faut aussi s’abstenir de consommer de l’alcool durant votre voyage, car cette substance à tendance à aggraver le mal. Le gingembre peut améliorer le mal des transports chez certaines personnes. Il peut être mangé sous la forme de biscuits ou de bonbons cristallisés. On peut en faire une boisson ou on peut l’incorporer dans un thé. Des suppléments de gingembres existent également. Il faut cependant éviter de voyager l’estomac vide.

  • Attitudes dans la voiture

Votre place dans le véhicule peut jouer un rôle déterminant dans l’apparition ou non de symptômes. Pour une voiture personnelle, la place idéale est celle du conducteur. En participant à la conduite, vous avez peu de chances de développer des symptômes. Au cas où cela n’est pas possible, mettez-vous sur le siège passager avant. Dans les transports publics il faut vous arranger pour être à une place où vous pouvez voir le paysage. Il faut absolument éviter de lire ou de regarder des vidéos sur un écran. Ne vous asseyez pas à une place qui regarde dans la direction opposée au voyage. Gardez vos yeux fixés sur l’horizon ou sur un point fixe peut aider à améliorer les choses. Enfin, respirez lentement, mais profondément.

Le mal des transports en voiture peut vous pourrir la vie lors d’un voyage en voiture. Les personnes qui y sont susceptibles développent des symptômes comme la nausée, des vertiges et des vomissements à cause des informations contradictoires que leurs sens transmettent au cerveau. Des remèdes comme les traitements médicamenteux, l’homéopathie, l’aromathérapie, des astuces etc. peuvent bien heureusement aider à prévenir et à traiter les symptômes de ce mal si incommodant.

Acheter maintenant votre traitement contre le mal de voiture au meilleur prix